La prophétie du sucrier en inox – CRÉATION

MISE EN SCÈNE : Louise GAILLARD

TEXTE : Frédéric ABRY

previous arrow
next arrow
Slider

 

LA PIÈCE

« Une idée fixe aboutit à la folie ou à l’héroïsme”. Impossible de ne pas se remémorer cet aphorisme de Victor Hugo lorsque l’on évoque la quête obstinée du sucrier en inox par notre héros (et que l’on entre subséquemment “citation héroïsme” dans un moteur de recherche). Comment, en effet, ne pas retrouver dans ces quelques mots condensés, la gloire et le grotesque de Denis Dubranais, un anonyme précipité au cœur d’une prophétie par des forces qui le dépassent et condamné à affronter l’hypermarché en pleine heure de pointe ? Sa poursuite le plonge au plus profond de cet univers ; un univers qui a ses propres règles auxquelles personne n’échappe, un univers qui nous avale et nous nourrit les uns des autres dans un même va-et-vient perpétuel entre mastication et déglutition, un univers désormais ouvert le dimanche et les jours fériés ce qui est quand même bien pratique quand on travaille.

Au cours de ses pérégrinations, du luxuriant rayon fruits et légumes aux désolées contrées de l’animalerie, Denis croisera l’Infâme Guylaine, grande prêtresse déchue de l’allée produits frais, l’omniscient Devin du pôle sécu, le fier peuple Free-gan, sauvage gardien des poubelles, et bien d’autres personnages mythiques. Certains l’assisteront dans sa recherche du sucrier en inox, d’autres le combattrons implacablement mais tous, avant tout, auront à cœur de faire d’incroyablement bonnes affaires en profitant d’offres exceptionnelles.

La prophétie du sucrier en inox, c’est une fresque épique, absurde et délirante dans un lieu du quotidien, un plongeon dans de l’heroic fantaisy à prix discount où tout peut arriver lorsque l’on croit tous très fort à ce qui est écrit sur l’emballage.

 

NOTE DE L’AUTEUR

Si l’on parvient à faire abstraction de l’intuition de mort imminente qui nous submerge lorsque l’on pénètre dans un supermarché un samedi après-midi, on ne peut qu’être fasciné par ce huis clos gigantesque et climatisé qui regroupe tout et tout le monde. À partir de là, pourquoi ne pas imaginer que tout peut s’y produire et que rassembler chaque élément de la liste que l’on nous a confiée est une quête formidable dont nous sommes le héros ? C’est le projet de La prophétie du sucrier en inox, transposer dans un univers concret et réaliste une aventure fantastique régie par des règles strictes qui n’existent pourtant que parce que tout le monde y croit.

En tant que nouvelle création, ce projet s’inscrit dans la continuité de Ils s’actualisèrent et eurent beaucoup d’enfants, précédente création de En Mauvaise Compagnie, où les personnages des contes de Perrault étaient plongés dans la prosaïque réalité de Pôle Emploi. De nouveau, il s’agit de faire interagir réel et extraordinaire, avant tout pour faire rire mais, pourquoi pas, si l’occasion se présente, se demander si tout cela est bien sérieux.

Frédéric ABRY

DATES DE JEU À RETENIR

  • Le Dimanche 18 août 2019 à l’Auberge Les Myrtilles à Saint-Nicolas-des-Biefs (Allier),
  • Le Lundi 19 août 2019 au Camping La Bageasse à Brioude (Haute Loire),
  • Du 21 au 24 août 2019 à 12h30 au « Festival international de théâtre de rue d’Aurillac » (Cantal), Pastille 107,
  • Le Dimanche 25 août au Camping Les Aurandeix à Tauves (Puy de Dôme),
  • Le Dimanche 29 septembre au Festival Le Chant des Pierres, à Saint-Jean-des-Vignes (Rhône).

Dossier artistique de « La Prophétie du sucrier en inox