Accueil

En Mauvaise Compagnie s’est constituée en octobre 2016 suite à la rencontre de plusieurs comédiens et comédiennes souhaitant réfléchir ensemble aux thématiques telles que la jeunesse, la précarité et le travail. Très vite, la compagnie a souhaité sortir des boites noires des théâtre pour expérimenter l’espace ouvert et « libre » qu’est la rue.
 
previous arrow
next arrow
Slider

 

LA SALLE

 

En 2016, la compagnie travaille sur son premier spectacle en salle, Notre Jeunesse, de Olivier Saccomano, qui questionne le passage à l’âge adulte d’une jeunesse qui doit éclore ou exploser avec comme questions : Comment le monde dont nous héritons nous façonne-t-il ? Comment construire collectivement dans notre art et dans nos vies, dans une époque où l’individualisme nous isole ? En quoi pouvons-nous encore croire, et contre qui ou quoi diriger la colère sourde qui nous habite ?

 

 

En 2018, En Mauvaise Compagnie poursuit sa route sur la thématique du travail et de l’exclusion avec Hors Jeu, de Enzo Cormann mis en scène par Louise Gaillard, qui met en lumière un vaincu de la guerre économique et sociale et son passage à l’acte catastrophique, seule issue à sa situation d’exclu. À l’heure où le taux de chômage européen a passé la barre des 10%‚ la pièce d’Enzo Cormann met en scène les différents degrés de la disqualification sociale comme autant d’étapes vers la mort.

LA RUE

 

 

 

En 2017, le collectif continue de jouer avec la jeunesse contemporaine et les petites absurdités de son époque dans sa première création originale pour la rue : Ils s’actualisèrent et eurent beaucoup d’enfants, mettant en scène les personnages des contes de Perrault dans un univers contemporain à savoir, les bureaux du Pôle Emploi dans lesquels ils tentent de faire valoir leur droit à l’intermittence. Ces personnages sont alors, à eux seuls, les représentants d’une jeunesse tentant de se faire une place sur le marché de l’emploi. Cette création sera jouée une trentaine de fois dans les festivals d’arts de rue.

 

 

En 2019, la compagnie propose sa nouvelle création pour la rue La prophétie du sucrier en inox, une pièce écrite par l’auteur de la compagnie Frédéric Abry et mise en scène par Louise Gaillard. L’auteur s’est ici attaché à prendre très au sérieux la multitude de messages mercatiques qui nous est assénée au quotidien et d’imaginer un univers où elle serait entendue et respectée par chacun comme une réalité indiscutable. Ce projet s’inscrit dans la continuité de sa précédente création pour la rue. De nouveau, il s’agit de faire interagir réel et extraordinaire, avant tout pour faire rire mais, pourquoi pas, si l’occasion se présente, se demander si tout cela est bien sérieux.