Accueil

previous arrow
next arrow
Slider

 

En Mauvaise Compagnie s’est constituée en octobre 2016 suite à la rencontre de plusieurs comédiens et comédiennes souhaitant réfléchir ensemble aux thématiques telles que la jeunesse, la précarité et le travail.

En 2016, la compagnie travaille sur son premier spectacle, Notre Jeunesse, de Olivier Saccomano, qui questionne le passage à l’âge adulte d’une jeunesse qui doit éclore ou exploser avec comme questions : Comment le monde dont nous héritons nous façonne-t-il ? Comment construire collectivement dans notre art et dans nos vies, dans une époque où l’individualisme nous isole ? En quoi pouvons-nous encore croire, et contre qui ou quoi diriger la colère sourde qui nous habite ?

En 2017, le collectif continue de jouer avec la jeunesse contemporaine et les petites absurdités de son époque dans sa première création originale pour la rue : Ils s’actualisèrent et eurent beaucoup d’enfants, mettant en scène les personnages des contes de Perrault dans un univers contemporain à savoir, les bureaux du Pôle Emploi dans lesquels ils tentent de faire valoir leur droit à l’intermittence. Ces personnages sont alors, à eux seuls, les représentants d’une jeunesse tentant de se faire une place sur le marché de l’emploi. Cette création sera jouée une trentaine de fois dans les festivals d’arts de rue.

Enfin, en 2018, En Mauvaise Compagnie poursuit sa route sur la thématique du travail et de l’exclusion avec Hors Jeu, de Enzo Cormann qui met en scène un vaincu de la guerre économique et sociale faisant le « choix » d’un acte catastrophique, seule issue à sa situation d’exclu.

En 2019, Julien Orain et Louise Gaillard se produisent en duo avec Jean et Béatrice, de Carole Fréchette, qui pose la question : « Suffirait-il de croire à l’amour pour le faire exister ? »